Accueil > Les actions des terre-pailleux > Archives du site internet > Connections > Environnement > Pierre Rabhi vs. Nicolas Hulot

Pierre Rabhi vs. Nicolas Hulot

Graines de possibles

vendredi 29 septembre 2006, par Pascal Depienne

Regards croisés sur l’écologie

Pierre Rabhi et
Nicolas Hulot sont deux personnages provenant d’univers complètement différents. Pierre Rabhi, le sage, a reçu une double éducation afro-française et a écris plusieurs oeuvres prônant le retour à la terre (dont "le chant de la terre", à lire), il a oeuvré toute sa vie à montrer l’exemple du respect de la vie. Il explique que la nature est le seul ordre intangible autour duquel nous pouvons nous reconformer, nous désalliéner, et retrouver le vrai fondement de notre nature.
Nicolas Hulot, quant à lui, s’est retrouvé en haut de l’affiche grâce à son émission UShuaia, et il désire aujourd’hui jouir de sa notoriété et de sa situation pour bousculer un peu nos dirigeants.
Tous deux sont très engagés, que ce soit à travers leur discours, leurs modes de vie ou le milieu associatif, il se rejoignent dans ce livre pour unir leurs efforts dans cette lutte pour l’écologie avec de maigres espoirs de victoire. Ces deux êtres hors du commun (du commun normatif et conformiste) donnent du sens à leur combat, à leurs vies et à la vie en général. Je termine par les deux citations qu’ils ont respectivement choisis pour la première page.

« La grande erreur de notre temps, ça a été de pencher, je dis plus, de courber l’esprit des hommes vers la recherche du bien-être matériel... Il faut relever l’esprit de l’homme, le tourner vers la conscience, vers le beau, le juste et le vrai, le désintéressé et le grand. C’est là, et seulement là, que vous trouverez la paix de l’homme avec lui-même et par conséquent la paix de l’homme avec la société. »
Victor Hugo, 1948 (citation choisie par Nicolas Hulot)

« La solution pour notre avenir ne peut venir que d’une meilleure compréhension du grand et éternel processus des forces naturelles. Le temps est aujourd’hui fini où l’on pouvait espérer le braver impunément »
Fairfield Osborn, 1948 (citation choisie par Pierre Rabhi)

A lire absolument...

Soutenir par un don