Accueil > Les actions des terre-pailleux > Archives du site internet > Permaculture > Permaculture FRANCAIS > La permaculture (définition) et les lits plantés (phytoépuration)

Permaculture expliquer

La permaculture (définition) et les lits plantés (phytoépuration)

par Steve Read (2007)

mercredi 26 janvier 2011, par kerzello

La Permaculture, C’est la création, l’installation et l’entretien de communautés humaines durables qui prennent soin de la terre, qui prennent soin des Etres Humains et qui grâce à l’application correcte de techniques et stratégies de construction, agriculture/potager, commerce, etc, crée de l’abondance et l’harmonie.

C’est une science de "design intégré" qui permet à tout le monde soit de commencer tout de suite soit de s’adapter ou de créer des projets éco-durables et élégants.
Grâce à ses bases éthiques, le triangle —Prendre soin de la terre—Prendre soin des gens—Créer l’abondance et redonner les surplus, les systèmes créés par les conceptualisateurs des Permacultures seront par définition, sains, sûrs, écologiques, en harmonie, durables et créatifs.

Il existe aujourd’hui des milliers de livres et de cours qui expliquent comment vivre d’une manière plus ’écolo’, toilette sêche, double vitrage, panneaux solaires etc etc, moi je les appelle les 100,000 techniques.
Certaines personnes quant à elles, ont réuni des techniques et approches pour créer des stratégies, Fukuoka, Hart, Corbett, Franck parmi plusieurs autres personnages très illuminés, cela donne les 10,000 stratégies.
Quand nous commençons à parler de la correcte application des techniques appropriées liées aux bonnes stratégies, elles nous permettent de créer un design dans lequel les éléments deviennent interconnectés, interdépendants et intégrés. Quand ils se soutiennent entre eux, quand les produits d’un élément deviennent les ressources du prochain, que toutes les fonctions importantes sont soutenues par plusieurs éléments, on commence à parler d’une Permaculture.

Par exemple, parlons des lits plantés (phytoépuration ou lagunage) qui sont très à la mode maintenant. Ils sont très bien : les eaux usées sont traitées, il y a croissance de plantes et d’arbustes qui fixent l’azote et autres ’polluants’ dans les eaux et en plus ils fixent un peu de Co2 de l’atmosphère. Les inconvénients sont qu’il y a une détérioration dans leur capacité à traiter les eaux pendant les périodes de froid (environ 30% en fonction du système). De plus,ils produisent souvent des éléments dont on n’a pas grand besoin et quand on s’en sert pour traiter des eaux noires, la taille des lits devient très importante. Ici nous avons des lits plantés et ils sont intégrés à notre système Permaculture, voilà comment :-

Toilettes sèches : nous ne transformons pas nos eaux grises en eaux noires, donc taille des lits beaucoup moins importante et économie.
Permier lit : gravillons et argile plantés de saule et de menthe .Les activités des anaérobes attachent des molécules d’azote sur l’argile et quand cela redevient aérobic, l’azote est relâché et donc disponible pour les plantes.
Deuxième lit : piège à azote ; En tant que tourneur à bois je produis des copeaux de bois et aussi de la sciure. Pour se décomposer, le carbone a besoin de l’azote qui est alimenté par les eaux grises, ce lit nous donne du compost.
Troisième lit : lit planté l’hiver avec des orties et nous expérimentons pendant les saison chaudes avec différentes variétés de plantes, en 2006 par exemple nous l’avions semé de riz sauvage. la bordure est plantée de saule (broyé pour le potager ou utilisé pour le bio-gaz.)
Quatrième étape : bassin avec aquaculture de plantes comestiblse et utiles (fixer l’azote par exemple) et poisson rouge pour contrôler les larves, buvette pour nos abeilles et sanctuaire pour une grande variété d’ espèces.
Cinquième étape : bassin d’évaporation, quand le grand bassin déborde, il coule dans celui ci et s’evapore.

Tout est donc connecté : le produit des toilettes sèches, le saule, la menthe, les orties et le surplus de plantes aquatiques sont soit compostés ou mis dans le bio-gazeur qui nous donne du gaz pour la cuisinière et le frigo (dans l’avenir nous ajouterons un groupe électrogène à gaz pour l’électricité et l’eau chaude), les résidus de la fermentation sont compostés aérobiquement puis utilisé dans le potager ou le verger. Les récoltes du troisième lit sont soit données aux poules ou compostées.

Tous les micro et macro oligo-éléments sont recyclés dans le système, ce qui veut dire, moins de travail, moins de dépenses et pas de gaspillage de ressources essentielles à nous et aux plantes .

Un conceptualisateur de systèmes Permaculture va toujours essayer de comprendre la logique se trouvant derrière telle ou telle technique ou stratégie sans trop s’accrocher à l’une en particulier. Sur la ferme en Angleterre, la terre était très argileuse, lourde et froide, alors le jardinage sur butte était fortement indiqué, ici, nous avons une terre très sableuse et sèche , nous n’avons donc pas créé de buttes qui dessêcheraient rapidement. Pour les particuliers, le mélange arbres fruitiers et plantes comestibles du jardin-forêt est très intéressant, le verger-potager sera beaucoup plus intéressant pour le maraicher en raison de la facilité de récolte.

Visualisons tout cela comme un grand jeu d’échec vivant et qui, en plus, change avec les saisons, l’art étant de mettre toutes les pièces dans un ordre astucieux et de les connecter correctement pour diminuer notre travail, réduire à zéro la pollution, créer l’abondance, l’harmonie et la beauté et puis de connecter productivement notre système à celui des voisins pour créer un interdépendance des communautés, stable, durable et écologique.

Après tout, dans la nature c’est la diversité des espèces et leurs toiles de connections qui sont la base de leur stabilité et créativité.

Kerzello, le 15 Mai 2007

Steve Read

www.permaculture.be

Soutenir par un don