Accueil > Les actions des terre-pailleux > Archives du site internet > Permaculture > Quelques écolieux permaculturels > En projet > Le projet de Nils > Le projet d’écovillage de Nils

Le projet d’écovillage de Nils

lundi 4 décembre 2006, par Thunder

I. ETHIQUE & PRINCIPES DE BASE

Mes mots concernant l’ethique passeront sans doute pour des banalités, mais je prend le risque :

L’éthique se base sur l’amour, le respect (des autres, de soit, des biens communs, de l’environnement), la franchise, l’intéressement a l’autre, l’entraide physique et psychologique (répondant a une demande mais
aussi de manière spontanée), le pouvoir de remise en question et ainsi prendre conscience de ses défauts, savoir en tenir compte et les reconnaître aussi, savoir écouter au moins autant que s’exprimer, savoir laisser le bénéfice du doute et ne pas juger une pensée, un avis ou un acte sans un minimum de certitudes. Un tout, capable de donner enfin un sens aux mots liberté, égalité, fraternité. A l’inverse, la compétition, l’égoïsme, l’individualisme, la fermeture d’esprit, la jalousie, l’intolérance, la démagogie, la mauvaise foie, sont autant de vices, de symptômes mécanismes que le système favorises, amplifie. Je pense que le principe du S.E.L au sain de l’ecovollage (et même a l’extérieur) serait contradictoire avec la notion d’entraide propre a la fraternité (c’est un avis personnel).

Il est a considérer la communauté comme un ecovillage où chacun sera voisin de l’autre de la même manière qu’en ville, mais la liberté, l’égalité et la fraternité en plus. Chacun aura sa vie privée. La participation aux repas et autres activités communes (loisir/pédagogique) n’est en aucun cas obligatoire.

Aucun supplément en argent (ni en temps) ne sera réclamé a un couple de parents ayant a sa charge 1 a 2 enfants. Ce projet est prévu dans une optique d’avenir dans tout ce qu’il englobe. A partir de 3 enfants par contre il deviendra indispensable d’ajouter une certaine somme de participation. Une personne sans enfants aura autant de temps a consacrer aux taches communes qu’un parent. Je précise qu’au delà de 4 enfants les choses risques de se compliquer sérieusement. Il est prévu que chacun puisse s’épanouir dans ce qu’il veut entreprendre. Chaque compétence et envie doit pouvoir être exploitée a travers les taches et la création d’assoces/entreprises.

Dans la mesure ou un autre membre intègre le groupe, un habitant aura la possibilité de nous quitter en recuperant directement l’argent qu’il aurra mis dans le projet commun. L’argent versé par le nouvel habitant sera rendu au partant a la hauteur de sa participation a une limite de 20.000e. Si la somme fournie par le nouvel arrivant n’équivaux pas celle a rétribuer, les versements versés par celui ci lui seront reversé jusqu’à atteindre la somme en question. Si la coopérative en a la possibilité, elle rendra directement une partie ou la totalité de la différence. Les biens mis en communs par celui ci, lui seront bien entendu récupérables. Si la communauté a l’argent nécessaire a disposition il ne sera pas nécessaire au membre d’attendre l’arrivée d’un nouvel arrivant pour recuperer l’argent qu’il aurra mis dans le projet commun. Je precise que les departs periodiques seront possible.

Les décisions seront prises a une plus haute échelle d’égalité que la majorité dite "démocratique". Une majorité de 51 pour 100 ne sera pas considéré comme suffisante. Chacun(e) aura droit et devoir de faire connaître ses opinions (justifiée personnelles et fondées) lorsqu’elle seront nécessaire a une prise de décision. Ce qui implique un effort d’intéressement et de réflexion minimum. (Je préciserais que « ni pour ni contre » est un avis qui pourra compter comme tel dés l’instant qu’il reste fondé et personnel) Chaque semaine ou quinzaine aura lieu une réunion a laquelle chaque membre devra être présent. A tout moment en dehors de celles ci, pourront en être organisé d’autres, nécessaire au membre d’attendre l’arrivée d’un nouvel arrivant pour recuperer l’argent qu’il aurra mis dans le projet commun. Je precise que les departs periodiques seront possible.

Les décisions seront prises a une plus haute échelle d’égalité que la majorité dite "démocratique". Une majorité de 51 pour 100 ne sera pas considéré comme suffisante. Chacun(e) aura droit et devoir de faire connaître ses opinions (justifiée personnelles et fondées) lorsqu’elle seront nécessaire a une prise de décision. Ce qui implique un effort d’intéressement et de réflexion minimum. (Je préciserais que « ni pour ni contre » est un avis qui pourra compter comme tel dés l’instant qu’il reste fondé et personnel) Chaque semaine ou quinzaine aura lieu une réunion a laquelle chaque membre devra être présent. A tout moment en dehors de celles ci, pourront en être organisé d’autres, nécessaires a la prise de décisions importantes ou/et urgente.

Il est exclu qu’une place spéciale soit réservée aux croyances religieuses. Elles seront simplement considérées comme elles se définissent, c’est a dire des "croyances". Toute propagande est a éviter, d’autant plus si elle s’oppose a l’éthique définie ici. Par contre, la simple liberté d’expression garde bien sur une place essentiel, et ce, quel que soit le thème abordé. Est il vraiment nécessaire de le préciser.

Une coopérative servira a l’entretien de l’ensemble des communs, et a l’achat des fournitures necessaires ainsi que les aliments que nous n’auront pu produire... Chaque mois une somme devra donc être versée par les membres. Les bénéfices des ventes de nos surplus agricoles viendront s’y ajouter. Nous vendrons nos surplus agricoles sur les marchés environnants ainsi que dans le bâtiment. Nous achèterons nos besoins manquants aux productions et magasins locaux.

Je definis aussi le mot "ecovillage" comme un ensemble de personnes qui s’entraident chacunes a entretenir une certaine indépendance individuelle (je sais ca "parait" contradictoire) et commune.

II. L’ ENSEIGNEMENT

SCOLAIRE : Il serait souhaitable que l’apprentissage du programme scolaire se fasse a domicile , par les parents. Les parents pourraient demander l’aide d’autre membres + a l’aises a l’enseignement de certaines matières par exemple. Ou bien même, la scolarisation de l’ensemble des enfants pourrait être assurée par un ou plusieurs membres volontaires dans une ou deux classes aménagées dans le bâtiment. Dans tous les cas nos enfants seront en relation avec d’autres enfants résidents a proximité. Il ne s’agit pas d’un projet d’ecovilage renfermé et reculé de toute civilisation ! Aussi il serait sans doute bon que les enfants aillent passer un moment a l’école de l’éducation national, pour leur experience personnel. Une fois grands il leur serait éventuellement nécessaire de rejoindre une école spécialisée dans le domaine ou ils souhaiteraient évoluer. Les membres souhaitants mettre leurs enfants a l’ecole sont tout a fait libres de le faire.

DE LA VRAIE VIE : Dans la limite du possible, chaque membre devra naturellement transmettre son savoir a celui qui le lui demande (selon " l’ entraide " figurant dans le paragraphe sur l’éthique) et ceci vaut particulièrement pour les enfants. Chaque membre devra transmettre ses dons ses savoirs aux enfants du groupe qui viendront le voir. Par ailleurs, occasionnellement un membre (ou un groupe de membres), pourra de lui même organiser un cours sur une matière qu’il maîtrise. Je ne parle pas la de ce qui rentre dans le cursus scolaire mais dans l’apprentissage de la "vraie" vie. Fabriquer un meuble, réparer un vélo, faire un feu, jouer d’un instrument, cuisiner, etc... mais aussi le savoir culturel, éthique.

« Le droit d’éduquer ses enfant est un des plus fondamentaux. Il n’y a que cette prise de droit qui puisse éviter le formatage et donc favoriser la diversité de penser. Le système actuel favorise la stagnation, et ce par tous les moyens. »

III. LE TERRAIN

Situé a proximité d’un point d’eau, le terrain (agricole) devra être suffisamment grand pour s’y installer, cultiver de quoi vivre et y pratiquer toutes activités de loisir et d’entreprises/assoces. Suffisamment grand aussi en prévision des futurs enfants et de la venue éventuelle de quelques nouveaux membres. Donc au minimum 50ha. Terrain assez isolé pour ne pas subir les désagréments d’une route hyper fréquentée. Il est impératif que le terrain soit pourvue d’un bâtiment au moins en ruine pour pouvoir installer légalement bus aménagés, yourtes ou constructions dures sur le terrain "agricole". Il faudra compter assez chère donc mais la ruine pourra être partiellement rénovée pour servir d’habitat dans un premier temps. Ensuite ce bâtiment servira de local de vente des produits des assoces/entreprises des membres ainsi que lieux commun (salle polyvalente, stock, remise outillage agricole,...). Comptons un minimum de 180.000e pour le terrain avec habitat a rénover. Il faudra compter 15 a 20.000e par membre pour le projet dans son intégralité (hors biens privés), dont au minimum 5000e devra être immédiatement disponible pour l’achat du terrain et du bâtiment commun. Ensuite pour ceux qui n’auront pas versé 20.000e, une somme devra être versé chaque moi jusqu’a atteindre ce chiffre. Dans un premier temps, pour les membres ne pouvant ou ne voulant pas s’installer immédiatement, il y aura possibilité d’habiter le bâtiment. Le seul prétexte d’avoir versé les 5000e minimum ne pourra justifier une trop longue absence alors que sur place d’autres se donnerons a plein temps dans la réalisation du projet commun. Les versements se feront par l’intermediaire d’une SCI.

IV. LE LIEU

Si possible éloigné de grandes villes et de zones d’activités industriels polluantes, dans un coin de nature vallonné de préférence. Situé dans le sud de la France, région a déterminer.

V. LES BIENS COMMUNS

Une ou deux petites voitures diesel d’occas des minibus diesels pour les déplacements en groupe et transports de charges. Utilisation de véhicules électriques a long terme.

Le bâtiment : Un local polyvalent : salle de réunion, réfectoire, multimédias, bibliothèque contenant les livres/revues/docs (adulte & enfant) mis en commun. Une ou deux classes d’école. Un atelier contenant les outils (hors outils agricoles) mis également en communs. Un local a outils spécialement dédié aux travaux agricoles. Une salle d’activité pour les enfants. Ainsi que les batteries nécessaires aux besoins en énergie de ces lieux communs pour les moments de faible vent. Une grande table ronde ou tout le monde se rassembleraient les soirs pour manger et parler, une petite scène un peu plus loin pour d’éventuels exhibitions (musique, spectacle, ou films/photos par rétroprojecteur sur toile) disons un espace multimédia. Le terrain (donc le champs, le verger et le reste de l’espace) sera du commun. Une grande table ronde pour les repas d’été ainsi qu’un local cuisine commun dédiés a ces repas en plein air. Bien évidement, chacun est libre de manger chez lui, a la table, au local polyvalent (la moitié froide de l’année ou par temps de pluie) ou n’importe ou ailleurs avec qui il veut et quant il le souhaite. Tous les biens personnels mis en communs par les membres resteront leur propriété si ils le souhaitent. Il garderont une option de priorité. Les biens achetés par la communauté appartiendrons a l’ensemble de ses membres. L’ éolienne sera commune et servira aux besoins de tous en énergie. Les batteries individuels devront donc être acquises par chaque membre pour assurer leurs besoins personnels et spécifiques en énergie lorsque l’éolienne ne pourra pas être en mesure de les combler (a voir). Les entreprises assoces devront au delà d’une certaine consommation, se munir de leur propre éolienne achetée en commun

Soutenir par un don