Accueil > L’ASSOCIATION > Les mots des Terre-pailleux > Les terre-pailleux parlent aux terre-pailleux !

Les terre-pailleux parlent aux terre-pailleux !

mardi 22 octobre 2013, par Pascal Depienne

Faites nous suivre vos témoignages pour les publier ici ou laissez un commentaire plus bas !


Le camptier de 2012
J’ai adoré, j’ai refait quelques chantiers depuis et je n’ai rien retrouvé d’aussi bien : l’énergie, le lieu, la nature, le jardin, les jeux, les tours de parole...

Plus précisément j’ai adoré : le ressenti de liberté et d’autonomie, les outils d’autonomisation mis en place : la délégation de l’accueil, des briefing parfois,le tableau d’organisation avec les taches à accomplir.

J’ai ressenti une véritable approche et réflexion autour de l’organisation d’un chantier collectif, ça rassure et canalise le bazar. Dans ce sens, les briefing météo étaient très drôles.

J’ai beaucoup aimé les horaires bien définis, avec les moment de pauses, cela clarifie la journée et permet de doser son énergie car on sait quel temps il reste avant la pause ou la fin.

J’ai adoré l’humour et l’energie de chenli, la confiance et la pédagogie de Pascal, l’énergie juvenile de Tristan, l’anglophonie de sam (et sa yourte), la présence bourrue et tendre de Cyril, l’application et le perfectionnisme de Violaine, la zenitude Nico, les recherches de Romain, Victor, le "cas" Hillary, les discussions philosophiques à la butte des bagnards, les punks qui viennent foutre un peu le bordel et me faire réfléchir ... la joie des unes et des autres d’être là en train de faire. Puis toutes les sensations physiques du matériaux paille et terre, les enduits, les baignades à la base de loisirs après une bonne journée,...

J’aime beaucoup aussi l’aspect vie après le chantier, l’organisation des ateliers ou des débats par les participants, j’ai aimé le fait qu’on soit un peu nombreux mais pas trop et que tout le monde soit répartis sur des activités différentes, j’ai aimé sentir que même si vous étiez en définitive "maitre du lieu", tout ne passait pas à tout moment par vous ( les infos, consignes, décisions,...), ça renforce la dimension collective.

J’ai aimé l’approche low-cost mais sérieuse pas foireuse qui m’a ouvert les champs des possibilités dans ma tête.
Le jardin la forêt, les voisins,...

Tout quoi, en gros ça été pour moi une expérience importante de ces dernières années, rien que ça !

Je suis content de savoir que la Courdemière continue à se développer, d’avoir des nouvelles du projet des Pommes.... ect.

Bon voilàl j’ai tout dit, je crois,
A bientôt

Martin


  • Le 25 octobre 2013 à 21:41, par Annick

    J’ai eu la chance de passerune journée et une nuit sur un camptier de terre-pailleux.
    Et cette journée m’a apporté la preuve que l’autogestion c’était faisable si on mettait un minimum de cadre pour mieux favoriser la liberté et al prise d’initiative de chacuns.

    J’ai été impressionnée par :
    - la liberté que laissait Pascal aux terre pailleux pour la construction de sa propre maison : façons de faire différentes, expérimentations...
    - la fluidité de la journée et de l’organisation des tâches quotidiennes bien répartie sans avoir été décidée d’au dessus : chaque semaine, chacun pouvait s’inscrire sur un tableau pour les différentes tâches, chaque matin une petite réunion de chantier était organisée à 9h. Et il y a aussi les tours de parole. Ces 3 choses simples permettent vraiment que chacun prenne sa place sans qu’il y ait besoin d’un chef
    - le fait que les "organisateurs du camptier" (Pascal et Chenli) ne paraissent pas du tout stressés, aient l’air de profiter autant que les autres : normal ! ils font confiance, ne controlent et ne gèrent pas tout

    Je ne l’ai vu que sur une journée mais ça m’a beaucoup inspirée pour ma vie : lorsqu’il y a des chantiers chez moi, pour ma participation à la vie locale, pour mon travail, pour la cohabitation avec notre copine en yourte sur notre terrain...

    merci pour cette expérience courte mais intense !

    Vive l’autogestion ! vive la permaculture !

  • Le 2 septembre 2014 à 22:06, par Violaine

    J’ai participé aux camptiers de terre paille & Co lors des étés 2011, 2012, 2013 et j’ai habité à TPC de juillet 2013 à septembre 2014.
    Les expériences que j’ai vécue, les personnes que j’ai rencontrée et la confiance que j’ai reçue m’ont accompagné dans ma transformation intérieure et professionnelle.

    Le camptier 2011 a été pour moi riche de découvertes : découverte de la permaculture, de la vie collective en autogestion, du plaisir de faire quelque chose de mes mains, etc. J’ai rencontré pleins de personnes aux parcours variés et suite à de longues discussions accompagnant le travail de la terre, j’ai réalisé que je devais prendre mes rèves au sérieux et me donner les moyens de les réaliser.

    J’ai choisi de quitter mon travail salarié juste avant le camptier 2012. Lors de cet été, on m’a laissé m’essayer au poste de boulangère et je me suis mis le défis de fournir le camptier en pain ! C’est là que j’ai réalisé que j’adorais faire du pain et que je pouvais en faire mon métier. Encore une fois, la confiance qui m’a été accordée m’a permis de me réaliser et de faire plaisir à tout le monde avec du bon pain.
    J’étais totalement disponible à la fin de cette expérience, ce qui m’a permis de saisir 2 superbes opportunités :
    - des terres pailleux voyageurs m’ont offert la possibilité de partir vivre 5 mois dans une communauté permacole en Thaïllande.
    - Pascal et Chenli m’ont invités à poser ma roulotte chez eux, à TPC pour participer à la vie du lieu tout en avancant dans mes projets.

    Pendant le camptier 2013, les activités proposées étaient d’une grande diversité. Chacun pouvez jomgler de l’une à l’autre selon ses envies. C’était vraiment chouette et riche d’apprentissages. J’ai de nouveau fourni le camptier en pain ce qui m’a permis d’approfondir mon expérience de boulangère. Quelle chance que les terre pailleux m’ai offert cette opprtunité ! Je leur en suis très reconnaissante.

    L’année que j’ai passée à Terre Paille et Compagnie m’a permis de découvrir les activités d’un lieu permacole tout au long du cycle des saisons et de prendre des responsabilités (poulailler, compost, transfromation du lait...). Ca a été très formateur pour moi et cela a confirmé mon envie de m’installer en collectif pour aller vers plus de résilience.

    Durant le camp-stage de l’été 2014, j’ai été à la fois stagiaire et animatrice, designeur et client du design. J’ai découvert le processus de design en permaculture et comment transmettre l’art de la panification. Encore une chouette expérience.

    Aujourd’hui, nous sommes entrain de monter un collectif à 6 permaculteurs, tous ou presque des habitués du camptier. Et nous devons une fière chandelle à Terre Paille & Co qui, telle une colonie d’abeilles, s’organise et aide à l’essaimage d’une partie de la ruche vers un autre lieu, proche de la ruche mère.

    Alors pour tout ça, un GRAND MERCI à Pascal, Chenli et Terre Paille & Co.
    Avec l’équipe de l’AmiCellium, nous serons dans quelques mois propriétaires et nous oeganiserons, à notre tour des camptiers et des camp-stage avec TPC et la boucle sera bouclée. Nous aurons l’immense plaisir de rendre à l’univers l’énergie, l’amour et la confiance qui nous a propulser dans cette aventure.

Soutenir par un don